Le momentum et les stimuli empêchent la sous-pondération des actions

En août, les marchés des actions se sont à nouveau retrouvés à la hausse et divers indices boursiers ont affiché leur plus haut niveau historique. L'énorme liquidité (masse monétaire américaine M3 en juin +23% par rapport à l'année précédente) a certainement été l'une des raisons des cours excessifs affichés par les titres populaires. Tesla a ainsi déjà progressé de plus de 400% cette année et Apple enregistre désormais une valeur de 2 000 milliards d'USD, soit le double de la capitalisation de marché totale du SMI ! La plus grande crise économique de l'après-guerre et le nombre de nouvelles infections au coronavirus sont en totale contradiction avec ces chiffres. S'agirait-il donc d'un cas manifeste de sous-pondération des actions ? Non. Heureusement, malgré l'augmentation du nombre de cas, les taux de mortalité du coronavirus restent très bas, ce qui réduit le risque d'un nouveau confinement. Le développement d'un vaccin fait également des progrès. Outre un très fort momentum, des conditions financières extrêmement accommodantes ainsi que la persistance des stimuli fiscaux (PIB bientôt à 20% aux Etats-Unis !) plaident toujours en faveur des actions. Et les indicateurs de moral des investisseurs et de positionnement que nous avons observés se situent, pour l'instant, dans la zone neutre ; les évaluations sont acceptables pour 2021 avec un PER de 18. C'est pourquoi nous maintenons notre bêta légèrement au-dessus de 1 et augmentons encore la cyclicité grâce à la réduction du marché des actions suisse défensif. Nouveau positionnement en septembre :

 

  • Le télétravail et l'influence redoutée des élections américaines mettent encore plus l'accent sur la sécurité numérique.
  • D'après une enquête du FEM, les cyberattaques et la fraude liée aux données représentent déjà le troisième risque le plus important pour les entreprises.
  • Les entreprises achètent généralement des services de cybersécurité auprès de spécialistes (« buy » contre « build »).
  • A l'aune du ratio cours/valeur comptable de 3,8, les titres de cybersécurité sont encore nettement moins chers que ceux du reste du secteur informatique (ratio cours/valeur comptable de 8).

  • Le yen japonais (défensif) a perdu plus de 7% par rapport au franc suisse depuis mai en raison de la forte exposition au risque des marchés.
  • Le yen est fondamentalement attrayant, désormais nettement sous-évalué et progresse ainsi dans le classement des instruments de diversification possibles.
  • Le taux JPY/CHF semble se maintenir avec un fort soutien technique à 0,85.
  • Nous prévoyons un rebond et passons donc d'une sous-pondération à une légère surpondération (1%).

Mandats spéciaux d'allocation d'actifs septembre 2020

Pondération relative par rapport à l'allocation stratégique des actifs (ASA) en % en août et septembre 2020