Réduction sélective des risques avant les élections aux États-Unis

Retour à la vue d'ensemble
Réduction sélective des risques avant les élections aux États-Unis
Article de Stefano Zoffoli publié le 01 octobre 2020 dans la catégorie Allocation d'actifs
Selon les dernières prévisions, le scénario le plus probable des élections américaines de début novembre est celui d’un coup de balai démocrate avec Joe Biden à la présidence et une prise de contrôle des démocrates au Sénat et à la Chambre des représentants. Les actions américaines seraient alors moins attrayantes que leurs homologues internationales en raison des augmentations d’impôts et des réglementations prévues par les démocrates. Qui plus est, le marché des actions américain s’est toujours avéré sous-performant avant les élections présidentielles.

C’est pourquoi nous réduisons notre pondération américaine en faveur des pays émergents et de l’Allemagne. Le mois d’octobre pourrait être mouvementé: l'incertitude politique, la hausse du nombre de contaminations au coronavirus et le conflit concernant les mesures conjoncturelles attendues aux États-Unis devraient peser sur le marché financier. Nous réduisons le risque dans nos portefeuilles en vendant notre position tactique sur les obligations à haut rendement et en augmentant l’or après une phase de faiblesse. Après la correction d’environ 10% qui a déjà eu lieu, les actions ne sont plus surachetées et le moral s’est neutralisé. Nous conservons donc une position neutre.

  • Cette année, l’incertitude politique est particulièrement élevée car il existe des doutes sur le fait qu’en cas de défaite électorale, D. Trump abandonne son poste sans se battre.
  • Si aucune nouvelle mesure fiscale n’est adoptée en octobre, il s’agirait d’un coup dur pour la conjoncture américaine; l'évaluation du marché des actions américain (S&P 500 P/E 2021 à 19.6) serait alors trop élevée.
  • Nous privilégions les marchés plus cycliques (l’Allemagne via DAX).

  • Après un redressement exceptionnel depuis la crise du coronavirus (+27%), les spreads d’environ 550 pb ne rémunèrent plus les risques prévisibles.
  • Le taux de faillite intégré est trop optimiste (4% en Europe, 5,5% aux États-Unis); en cas de restrictions supplémentaires en raison d’une 2e vague de coronavirus, les taux de défaillance devraient nettement augmenter.
  • Une victoire de Joe Biden serait une mauvaise nouvelle pour les grandes compagnies pétrolières dont la pondération dans l’indice high yield est importante (10% pour le secteur de l’énergie).
  • Actuellement, une offre très large (beaucoup de nouvelles émissions) fait face à une baisse de la demande; néanmoins, les banques centrales limitent le risque de revers.

  • Les monnaies des pays émergents sont très avantageuses après diverses baisses de taux.
  • La Chine affiche un faible taux d’inflation et une croissance économique forte en comparaison internationale; en 2020, la Chine sera le seul pays du G20 à enregistrer une croissance économique positive.
  • En Asie, les actions du secteur informatique sont très bon marché en comparaison avec le secteur informatique international.

Mandats spéciaux d'allocation d'actifs octobre 2020

Pondération relative par rapport à l?allocation stratégique des actifs (ASA) en % en septembre et octobre 2020

Catégories

Allocation d'actifs