CoCos : récupération quasi total du choc du coronavirus

Retour à la vue d'ensemble
CoCos : récupération quasi total du choc du coronavirus
Article de Daniel Björk publié le 09 octobre 2020 dans la catégorie Obligations
Le marché des CoCos a connu un excellent troisième trimestre 2020. La performance a été très forte en juillet, en août et durant la première quinzaine de septembre. Les données macroéconomiques solides et l'évolution positive des chiffres du coronavirus ont soutenu la reprise. Le secteur bancaire a par ailleurs enregistré de meilleurs résultats que prévu pour le deuxième trimestre.

Les résultats des banques ont montré que la rentabilité avant provisions était stable, même si la prévoyance du risque sous forme de provisions pour risques de crédit a eu un impact négatif sur les bénéfices nets, ce à quoi nous nous attendions. La hausse des niveaux de capital CET1, c'est-à-dire du capital de base, résultant de l'interdiction de dividendes, ainsi que la hausse des coussins de capital ont globalement été accueillies positivement sur le marché des CoCos. L'indice de référence ICE BofA Contingent Capital a affiché une performance positive de 3,75% au troisième trimestre 2020, soit une performance de -0,55% depuis le début de l'année.

Forte activité d'émission

La baisse des primes de risque au cours de l'été et la confiance accrue des investisseurs en CoCos suite aux résultats positifs des banques ont permis au marché primaire des obligations CoCo de retrouver une activité très intense. Au 3e trimestre, pas moins de 17 grandes banques ont satisfait l'appétit des investisseurs. Le nombre considérable de nouvelles obligations CoCo provient de grandes banques européennes, par exemple de la banque espagnole BBVA, des banques suisses UBS et Credit Suisse ou de la banque italienne Intesa Sanpaolo. Toutefois, des banques de premier plan de plusieurs pays émergents, comme à Abu Dhabi, au Mexique et en Thaïlande, ont également émis nouvelles obligations CoCo.

2020 : Millésime très attrayant

Etant donné que les primes de risque pour de nombreuses obligations CoCo se situent toujours à 200 points de base au-dessus des spreads très étroits constatés avant la crise, nous estimons que ce « millésime » actuel des fraîches obligations CoCo est très attrayant. Il s'agit d'une excellente occasion de participer à de nombreuses nouvelles émissions. Nous pensons que la performance de ces obligations sera très forte à moyen terme, par exemple à la perspective d'une sortie de crise du coronavirus suite à l'annonce de nouvelles positives concernant un vaccin.

De bonnes perspectives pour les neuf à douze prochains mois

Les marchés financiers sont confrontés à des incertitudes à court terme, comme les élections aux Etats-Unis ou les risques macroéconomiques de la deuxième vague de coronavirus. Par conséquent, il pourrait s'avérer difficile pour les obligations CoCo de resserrer encore davantage les niveaux de spread actuels. Dans le secteur bancaire, les prochains trimestres resteront palpitants. Nous nous attendons à ce qu'au moins une partie des pertes de crédit prévues survienne réellement et conduise à des correctifs de valeur. Nous nous concentrons sur les grandes banques qui étaient très rentables avant le début de la crise, et qui se distinguent par une bonne capitalisation et de faibles risques de crédit. Avec ces banques, il est selon nous peu probable que nous soyons confrontés à des défaillances concernant les coupons des obligations CoCo correspondantes.

Conclusion

Bien qu'à court terme, nous évaluions avec prudence le potentiel de performance des spreads, nous pensons que les primes de risque actuelles offrent un carry très attrayant à moyen terme. Au cours des douze prochains mois, les spreads pourraient se resserrer considérablement, notamment en raison de nouvelles positives sur les vaccins contre la Covid-19.

L'indice de référence : ICE BofA Contingent Capital Index

Catégories

Obligations