La consommation discrétionnaire lutte pour sa survie

Retour à la vue d'ensemble
La consommation discrétionnaire lutte pour sa survie
Article de Philipp Mettler publié le 25 mars 2020 dans la catégorie Actions
Des restaurants et des magasins fermés, des événements annulés et des restrictions drastiques de voyage. Les mesures prises à l’échelle mondiale pour enrayer le COVID-19 ont de graves répercussions sur le comportement d’achat et les valeurs de consommation. Dans nos portefeuilles, nous nous concentrons sur des valeurs de qualité solides, avec un faible endettement.

La propagation mondiale du virus COVID-19 a bouleversé le monde de la consommation quasiment du jour au lendemain. Alors que la confiance régnait encore en début d’année, de nombreuses entreprises du secteur de la consommation cyclique ont basculé depuis en « mode d’urgence ». D'abord limitées à la Chine, des mesures drastiques de distanciation sociale ont ensuite été imposées par la plupart des pays. Les magasins et les restaurants sont pour la plupart fermés, ce qui entraîne un effondrement de leur chiffre d’affaires, alors que les frais fixes restent dus. A la différence de la crise financière de 2008/2009, les effets de la crise du coronavirus sont bien plus rapidement perceptibles. Aux Etats-Unis, par exemple, les services de restauration ont été presque entièrement interrompus en l’espace de quelques jours (voir graphique). La situation est similaire dans de nombreux autres secteurs.

Evolution des réservations des restaurants aux Etats-Unis (en glissement annuel)

Restaurant-Reservationen USA

Mesures de conservation des liquidités

Pour faire face à la crise, de nombreuses entreprises s’efforcent d’accroître leurs liquidités en recourant à des lignes de crédit existantes ou en minimisant les sorties de liquidités. Les dividendes et les rachats de capitaux prévus sont suspendus et les investissements reportés. Les entreprises du secteur des loisirs et du tourisme, comme les hôtels/restaurants, les croisiéristes, les parcs d’attractions et les détaillants (à l’exception des denrées alimentaires), sont les plus durement touchées, et des faillites ne sont pas à exclure.

Accent sur les titres de qualité

Même si nous considérons que la crise du COVID-19 sera largement surmontée dans les mois à venir (hormis une éventuelle deuxième vague à l’automne), les séquelles devraient encore se faire sentir longtemps. Il est possible que cet événement oriente davantage le comportement de consommation vers le développement durable, étant donné que d’autres aspects de la vie gagnent en importance. On peut en outre supposer que, dans un monde où les taux de croissance sont plus modestes, certaines entreprises fortement endettées devront envisager de renforcer leurs fonds propres.

Nos portefeuilles gérés de manière active continuent d’autant plus de mettre l'accent sur des valeurs de qualité avec des finances solides (dette nette/EBITDA < 1) et une position de leader sur le marché, ainsi qu'avec une bonne performance de la direction. A cet égard, des entreprises du domaine de la consommation cyclique telles que Sony, Tractor Supply et Kering nous paraissent intéressantes.

Actions de consommateurs faiblement endetté

Nom                                    Dette nette (hors leasing)/ EBITDA
Sony Corp. -1.2
Tractor Supply 0.3
Kering 0.6

Catégories

Actions