Inhaltsseite:Fonds en actions

Promotion

Fonds en actions

Ralentissement économique?

René Nicolodi, Responsable actions

It does not matter, until it matters

"Les risque de récession mondiale restent faibles. Le plus grand risque tient actuellement à une nouvelle escalade des tensions commerciales. Le nouveau protectionnisme passe encore pour tolérable, mais cela peut changer."

René Nicolodi, Responsable actions

Les actions surévaluées, plus de volatilité

Les bénéfices des entreprises devraient continuer à profiter de la reprise économique. D’ici la fin de l’année et au-delà, cependant, les incertitudes s’accumulent, et il convient de ne pas les perdre de vue en raison des niveaux d’évaluation actuellement élevés. La volatilité sur les marchés des actions devrait plutôt s’accroître.

Moins de liquidité par suite de relèvement des taux aux Etats-Unis

L’évolution économique mondiale reste robuste, mais ne repose plus sur une assise aussi large qu’en 2017. En Europe, au Japon et dans les marchés émergents, la dynamique de croissance s’est tassée, alors qu’aux Etats-Unis, les récentes données conjoncturelles confirment la solidité du contexte économique. La normalisation de la politique monétaire réalisée en parallèle par la FED retire des liquidités sur les marchés mondiaux. Nous en voyons les premières répercussions, surtout sur les marchés émergents. La FED a signalisé un nouveau relèvement des taux en décembre et trois autres l’année prochaine. Les perspectives pour les marchés des actions pourraient être troublées ces prochains mois dans le contexte de cette soustraction de liquidités.

Etats-Unis : les fortes marges bénéficiaires sous pression

En raison de la disparition de l’effet de base de la baisse des impôts pour les entreprises américaines, les observateurs s’accordent à escompter pour 2019 une croissance des bénéfices moins dynamique, mais toujours à un chiffre. La répercussion sur les prix de la hausse des taux élevés, du prix des matières premières, des salaires et des tarifs se fera sentir sur les marges historiquement élevées. En raison d’une forte génération de liquidités, les bilans des entreprises sont aujourd’hui mieux armés contre la hausse des taux que dans les cycles précédents.

Europe : risques politiques sur plusieurs fronts

Les restrictions des flux commerciaux mondiaux laissent également leurs traces en Europe sur l’industrie et le commerce extérieur. La dynamique s’est nettement affaiblie. Dans une telle situation, la conjoncture intérieure sert d’appui, par le biais de facteurs positifs tels que la croissance de l’emploi et des salaires. Le Brexit ainsi que la situation politique en Italie continuent à faire planer un risque politique et économique sur l’Europe. Les plans budgétaires de l’Italie ont inquiété les marchés et entraîné une nette hausse des rendements des obligations d’Etat italiennes. Dans l’économie italienne, atteinte de problèmes structurels depuis des années, les indicateurs annoncent une croissance zéro. Les conséquences négatives pour les marchés des actions sont parfois sous-estimées ; il convient de les garder en ligne de mire.

Pays émergents restent sous pression

Avec l’introduction de nouveaux droits de douane punitifs sur les exportations de marchandises venant de Chine pour un volume de 200 milliards de dollars US, le gouvernement américain a renforcé la pression sur la Chine. Les droits de douane, d’actuellement 10%, doivent passer à 25% au début de l’année prochaine. Une nouvelle escalade n’est pas à exclure. Selon des estimations, les droits de douane auront des répercussions gérables sur l’économie réelle (PIB de la Chine max. -0,5%, PIB des Etats-Unis -0,2%). En revanche, les répercussions indirectes devraient être profondes, par le biais d’une détérioration du moral ainsi que d’une modification des flux d’investissements et de capitaux. Il est vrai que la Chine a introduit une série de mesures destinées à soutenir la croissance, dont les effets ne peuvent que partiellement compenser l’affaiblissement. Les indicateurs précurseurs signalent un tassement de la croissance dans les pays émergents. En Amérique latine (surtout Argentine et Brésil) et en Turquie, la dynamique de croissance se ralentit même plus fortement qu’en Asie. Une grande partie des dettes publiques des pays émergents est cotée en USD (leur niveau a plus que doublé depuis 2009) et risque d’être soumise à des pressions accrues en raison du programme de relèvement des taux de la FED. Nous escomptons que ce sujet restera d’actualité pour les pays émergents.

Le retour du style "Value"

Les actions growth - les titres présentant de fortes caractéristiques de croissance - connaissent une meilleure évolution que les actions "value" depuis plus de onze ans. Cela s’explique sans doute par les taux faibles de ces dix dernières années. Les Banques centrales européenne et japonaise vont s’en tenir à leur politique monétaire expansionniste. La Banque centrale européenne entamera des relèvements des taux directeurs au 2e semestre de 2019, trois ans après la FED. Un contexte monétaire plus restrictif devrait stimuler les actions "value" fortement malmenées.

Swisscanto (CH) Equity Fund Value Switzerland AA CHF

externer Link öffnet neue SeiteAfficher le fonds


Plan du site :