Inhaltsseite:Communiqué de presse du 29 mai 2018

Promotion

Communiqué de presse du 29 mai 2018

Caisses de pension suisses : les rendements au secours du système de rentes

Caisses de pension suisses: les rendements au secours du système de rentes

Grâce à une année favorable pour les placements, les réserves des caisses de pension de l'année 2017 ont atteint un sommet depuis la crise financière. En tant que "troisième cotisant", la contribution des marchés financiers, qui a atteint environ 63 milliards de CHF, a été plus de trois fois supérieure à celle des assurés actifs. Un peu moins de la moitié des institutions de prévoyance se sont appuyées sur l'article d'extension des possibilités de placement pour contourner les quotes-parts maximales des différentes catégories d'actifs conformément aux directives OPP 2. En outre, grâce aux bons rendements de l'année 2017, les avoirs d'épargne des cotisants actifs ont pour la première fois été mieux rémunérés que ceux des retraités.

Fin 2017, les caisses de pension affichaient un taux de couverture moyen d'un peu moins de 114% et disposaient par conséquent d'une réserve pour fluctuation de valeur de 14% par rapport à leurs engagements. Depuis la crise financière de 2008, il s'agit d'un nouveau sommet. Malgré des chiffres satisfaisants, la stabilité financière des institutions de prévoyance est menacée à moyen terme par l'allongement de l'espérance de vie et par l'évolution démographique. Au cours de l'année 2017, les caisses de pension ont réagi à cette situation par de nouvelles diminutions de leurs prestations.

René Raths, conseil d'administration Swisscanto Prévoyance SA, a déclaré : "Afin d'assurer leur stabilité financière, les caisses de pension ont une nouvelle fois baissé les nouvelles rentes. Dans ce contexte, il est surprenant que plus de la moitié des retraites restent prises de manière précoce."

Le troisième cotisant, le pilier de revenus le plus important

Au cours de l'année 2017, le troisième cotisant a été, et de loin, le plus important pilier de revenus du financement de la LPP. Durant l'année de placement 2017, les caisses de pension ont réalisé un rendement moyen de 7,6% (année précédente : 3,6%). Ainsi, les marchés financiers ont contribué, en leur qualité de "troisième cotisant", à hauteur d'environ 63 milliards de CHF à la fortune de prévoyance totale. En comparaison, selon les estimations, les assurés actifs ont versé en 2017 18,5 milliards de CHF et les employeurs 26,5 milliards de CHF dans la prévoyance professionnelle.

A plus de 90%, une large majorité des caisses de pension ont pu générer une performance supérieure à 5%. Les institutions de prévoyance qui détenaient une part d'actions relativement élevée et une part d'obligations plus faible ont notamment atteint un rendement supérieur à la moyenne lors de l'année de placement 2017. En règle générale, les institutions de prévoyance plus grandes, disposant de plus de 500 millions de CHF de fortunes gérées, ont réalisé une meilleure performance (7,9%) que les caisses de pension plus petites (7,5%).

Notons la part élevée de l'immobilier dans les institutions de prévoyance suisses. En effet, cette dernière a continuellement augmenté ces dix dernières années, passant de 19,9% en 2008 à 22,8% en 2017. Cette part élevée de placements immobiliers est propre à la Suisse, car l'immobilier y est considéré comme une catégorie d'actifs à part entière, contrairement aux autres pays, où il fait partie des placements alternatifs et ne représente qu'environ 1% des portefeuilles. Par rapport aux obligations, l'investissement dans l'immobilier présente des perspectives de rendement relativement bonnes, mais aussi des risques non négligeables en cas de correction du marché.

Des directives OPP 2 de plus en plus contournées

Avec les directives OPP 2, les dispositions réglementaires prévoient des quotes-parts maximales pour chaque catégorie d'actifs. Près de la moitié des institutions de prévoyance utilisent l'extension des possibilités de placement offertes par l'article 50 alinéa 4 de l'OPP 2 pour contourner les quotes-parts maximales prévues pour les différentes catégories d'actifs. Ainsi, 62% des petites caisses de pension et 35% des grandes caisses de pension se sont par exemple appuyées sur cet article pour augmenter leur part d'investissements immobiliers au-delà de la limite maximale.

Iwan Deplazes, Responsable Asset Management Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank, a déclaré : "Les limites de placement en vigueur ne sont plus adaptées à la situation actuelle et ne peuvent remplacer une gestion du risque rigoureuse. Le fait qu'environ la moitié des caisses ont recours à cet article dérogatoire pour dépasser les limites prévues par l'OPP 2 est éloquent."

Moins de redistribution grâce à de bons rendements

Grâce à une année favorable pour les placements, les avoirs d'épargne des assurés actifs ont, pour la première fois en 2017, été mieux rémunérés que ceux des retraités. En moyenne, les assurés actifs ont obtenu, avec 2,5%, une meilleure rémunération de leur avoir de prévoyance que les retraités (2,3%) en 2017. En 2014, la rémunération des avoirs de retraite, situés à 3,2%, dépassait de plus d'un demi-pour cent celle des avoirs des assurés actifs, qui atteignait 2,6%. Pendant longtemps, les promesses de prestation trop élevées s'accompagnaient d'une rémunération supérieure des capitaux de prévoyance des retraités et donc d'une redistribution des assurés actifs vers les retraités. En 2017, les avoirs de retraite ont pour la première fois été moins bien rémunérés que ceux des assurés actifs, en raison de la diminution des prestations pour les nouvelles rentes. Concrètement, cela signifie que l'an dernier, les assurés actifs ont été soulagés d'une partie de la redistribution en faveur des retraités grâce aux bons rendements sur les marchés financiers.

Entre-temps, l'adaptation des prestations des caisses de pension s'est poursuivie. Le taux de conversion moyen a ainsi atteint 5,9% en 2018. Par rapport à 2008, cela correspond à un recul d'un peu moins d'un point de pourcentage (2008 : 6,8%). Le taux d'intérêt technique a également été revu à la baisse. En effet, il est passé de 3,6% en 2007 à 2,0% en 2017, et ce dans toutes les institutions de prévoyance. En tant que taux d'intérêt d'évaluation, le taux d'intérêt technique mesure le niveau auquel le capital de prévoyance en réserve peut être rémunéré conformément aux attentes.

Des fondations collectives offrant des prestations excessives

Au sein de l'univers des caisses de pension, on a assisté à un ralentissement de la diminution des prestations dans les institutions collectives et communes. Ainsi, ces institutions ont offert à leurs assurés un taux de conversion de 6,1%, soit un taux supérieur à celui offert par la moyenne des autres institutions de prévoyance (5,8%). Ce taux de conversion était et reste trop élevé et les montants manquants pour le paiement des retraites doivent être financés sur les réserves et les rendements du capital. Cette situation a pénalisé les assurés actifs et entraîné une redistribution en faveur des retraités. Toutefois, les institutions collectives ne pouvaient pas fixer librement leur taux de conversion. En effet, dans l'étude, 26% des institutions collectives ont indiqué avoir été dans l'impossibilité de diminuer leurs prestations en raison du taux de conversion fixé par la loi à 6,8% dans la partie obligatoire.

Reto Siegrist, directeur Swisscanto Prévoyance SA, a déclaré : "Contrairement aux caisses de pension des entreprises, les fondations collectives ne subissent pas seulement des contraintes réglementaires plus strictes, mais aussi la concurrence. Elles sont obligées de proposer des prestations excessives afin de conserver leur attractivité sur le marché. A long terme, cela va entraîner une consolidation du marché où l'on verra disparaître de nombreuses institutions collectives ou communes".

Au sujet de l’étude

535 institutions de prévoyance ont participé à l'étude "Les caisses de pension suisses 2018" (507 l'année précédente). La fortune enregistrée des participants s'élève à 680 milliards de CHF. Au total, cela représente 4,1 millions d'assurés, dont 3,2 millions d'assurés actifs et 0,9 million de bénéficiaires de rentes. Par rapport au total du bilan, les participants gèrent plus de 75% des actifs de prévoyance gérés en Suisse.

Lisez les résultats


Plan du site :