Inhaltsseite:Perspectives sur les marchés

Promotion

Perspectives sur les marchés

Notre stratège en chef analyse trimestriellement l’économie mondiale et les marchés financiers.

Stefano Zoffoli, Responsable de la stratégie

Lézardes dans la croissance mondiale synchrone

"Les Etats-Unis se détachent alors que le reste du monde est désormais à la traîne."

Stefano Zoffoli, Responsable de la stratégie
 

La jolie croissance mondiale d'environ 4% se poursuit en 2018

L'économie mondiale continue de montrer sa robustesse, accompagnée d'une inflation modérée et une jolie progression des bénéfices des entreprises. Cependant, dans l'épreuve de force entre bonne santé de la conjoncture et imprévisibilité de la politique, c'est la politique qui l'a récemment emporté. Les menaces de guerre commerciale se sont concrétisées. Jusqu'ici, seul un faible volume d'échanges a été concerné, mais l'escalade menace sous la forme de mesures de représailles durables. Les marchés financiers ont dû payer leur tribut à cette nouvelle configuration. En fin de compte, l'effet de frein des conflits commerciaux restera limité tant que la croissance de la consommation mondiale sera dynamique.

Les entreprises axées sur l'exportation sont plein d'incertitude

Or, cette croissance mondiale, qui était synchrone jusqu’ici, commence à se lézarder. Les Etats-Unis se détachent nettement du reste du monde. Les pays aux données économiques relativement faibles se retrouvent sous pression. Les capacités de planification se restreignent donc pour les entreprises axées sur l’exportation en Europe et dans les pays émergents. Risque-t-on de voir les maillons faibles, tels que l’Italie, la Turquie, le Brésil ou l’Indonésie, perturber les perspectives mondiales ?

L'écart se creuse entre les gagnants et les perdants

Cette aversion accrue envers le risque peut très bien toucher d’autres domaines. Nous faisons donc une distinction plus nette entre gagnants et perdants. Sur le marché américain des actions, nous favorisons les secteurs de croissance, alors que le marché obligataire américain se retrouvera derrière les autres marchés principaux vu la feuille de route de la banque centrale américaine. Les Etats et les entreprises fortement endettés ne pourront se financer qu’avec des primes élevées. Il n’existe aucune raison de paniquer, mais de bonnes raisons de bien différencier les placements.


Plan du site :