Inhaltsseite:Le point central

Promotion

Le point central

Dernières nouvelles, brèves et concises par notre stratège en chef.

Portrait Ivan Deplazes

Swisscanto Invest se lance dans les medias sociaux

„Grâce aux médias sociaux, nous pouvons être plus proches de nos clients. En tant qu'atout, nous avons tant d'autres opportunités de démontrer notre compétence et notre proximité de ce qui se passe sur les marchés financiers."

Iwan Deplazes, Leiter Asset Management

Vous pouvez nous joindre ici

Monsieur Deplazes, qu'apporte la numérisation à la gestion des actifs ?

La gestion opérationnelle de notre vaste gamme de fonds ne serait tout simplement pas possible sans une stratégie de numérisation systématique. Dans l’Asset Management, nous avons déjà une longue tradition de modes de travail largement soutenus par le numérique, qui a été déclenchée par la propagation précoce de systèmes d’informations sur les cours et d’informations en temps réel.

Que vous apporte la numérisation aujourd'hui ?

Grace à la numérization, nous pouvons réaliser des économies d'échelle, installer une gestion des risques sophistiquée et de mettre rapidement en oeuvre des allocations tactiques, pour ne citer que quelques aspects. Aujourd’hui, nous examinons constamment nos tâches actuelles en vue d’y repérer les potentiels d’amélioration possibles, c’est-à-dire que nous décomposons les tâches dans leurs aspects liés à l’humain, aux processus et à la technologie, afin de les recomposer en vue d’une meilleure performance. Le numérique y joue un rôle important - entre autres, et n’est jamais une fin en soi. Nous voulons désormais agencer notre communication avec nos clients par le biais des réseaux sociaux afin de nous adapter autant que possible aux nouvelles habitudes de notre clientèle.

Quels sont les avantages de la numérisation pour les clients ?

Dans le cadre de notre palette de fonds, nous disposons de quelques produits qui utilisent de façon ciblée les avantages du numérique. Nous appelons ce sous-domaine de nos tâches " Investir de façon systématique ". Pour ce faire, nous utilisons le " big data " - c’est-à-dire dans notre cas toute la somme de données que les entreprises cotées en bourse mettent à notre disposition sous la forme de données de cours et de bilan. Avec un modèle exclusif, nous explorons ces quantités de données à l’aide d’algorithmes en vue de détecter des schémas récurrents et des interactions. Le but est d’identifier les actions qui permettent d’escompter une évolution de cours supérieure à la moyenne. Ce modèle est de plus en plus doté par nos développeurs internes d’éléments auto-apprenants et se trouve donc sur la voie de " l’intelligence artificielle ".

Dans quelle mesure le 2e et le 3e piliers des Suisses sont-ils déjà tributaires des robots et de l’automatisation ?

En tant que gestionnaires d’actifs suisses, nous évoluons dans un environnement concurrentiel où nos clients attendent des prestations professionnelles et adaptées au marché. Dans les transactions avec les caisses de pension, la robotique et l’automatisation se caractérisent par une vive concurrence qui nous impose des exigences très poussées en termes de rentabilité. Nous nous efforçons quotidiennement de rendre nos processus plus efficaces, et, bien entendu, nos systèmes informatiques y contribuent également.


Plan du site :