Inhaltsseite:Fonds obligataires

Promotion

Fonds obligataires

Les investisseurs ferment parfois les yeux lors de leur recherche de rendement. Ce n’est pas notre cas.

Benno Weber, Responsable obligations

Un tournant sans aucune répercussion?

Nous nous attendons à ce que la croissance économique et le changement de cap de la politique de la Fed et de la Banque centrale européenne se reflètent dans les taux d’intérêt, et adoptons donc un positionnement défensif.

Benno Weber, Responsable obligations
Swisscanto Invest by Zürcher Kantonalbank

Le marché obligataire se montre peu impressionné par la croissance economique

Au 3e trimestre, la conjoncture mondiale a apporté de bonnes nouvelles. Les principales banques centrales ont émis de nouveaux signaux d’un revirement de tendance en matière de politique monétaire. Cela ne s’est toutefois presque pas reflété dans l’évolution des rendements. Après la hausse de fin juin, les rendements du 3e trimestre ont de nouveau baissé pour ensuite légèrement rebondir en septembre. Celui des obligations de la Confédération à dix ans est de nouveau tombé en dessous de zéro en août. Globalement, le marché a clôturé le mois de septembre à un niveau similaire à celui du début du trimestre.

Une croissance sans inflation

L’évolution de l’inflation est l’une des raisons qui expliquent le niveau toujours aussi faible des rendements. Le redressement du prix du pétrole a un impact sur l’évolution à court terme des prix à la consommation, mais l’amélioration du marché du travail ne va pas encore se traduire par une augmentation sensible des salaires.

Les risques augmentent

Pour les investisseurs en obligations, ce sont surtout les actions (futures) de la Fed et de la BCE qui compteront. La Fed commencera à réduire son bilan en octobre et la BCE va emprunter la même direction. Ainsi, il ne sera bientôt plus nécessaire d’avoir recours aux grands acheteurs qui, ces dernières années, avaient fortement rassuré les marchés financiers.

Marchés émergents: toujours recherchés, risque d’un revirement élevé

La reprise des marchés émergents s’est poursuivie. Les majorations du risque de crédit ont continué de se réduire jusqu’à début septembre, et le Brésil, naguère très critiqué, a connu une hausse spectaculaire. De nouveaux capitaux affluent vers les marchés émergents, ce qui fait pression sur les coûts de financement et augmente les perspectives de croissance. Les prévisions du PIB pour 2017 ont été relevées dans tous les BRICS, sauf en Inde qui doit faire face à des incertitudes liées à l’introduction de la TVA début juillet. La réduction prochaine des bilans de la Fed et de la BCE a également permis aux marchés émergents d’augmenter leurs rendements, ce qui pourrait marquer un tournant dans la reprise. Seuls 25 à 30 points de base nous séparent du plancher historique atteint après la crise financière. Les volatilités et les primes de risque ayant toutes deux atteint des planchers records, nous estimons que le risque d’un revirement de tendance est élevé.

Crédit: toujours sélectif et positif

Les majorations du risque de crédit des emprunts dans les secteurs Investment Grade et High Yield ont continué de diminuer. C’est essentiellement en juillet et en septembre que les spreads des emprunts de crédit en EUR ont connu une très forte compression (voir graphique). Les primes sont maintenant si basses qu’elles ne présentent presque plus de potentiel de nouvelle réduction. Le crédit en EUR reste relativement attrayant, l’évaluation solide est soutenue par une faible inflation et d’excellents résultats des entreprises. Nous réduisons néanmoins notre surpondération par endroits.

Le bon fonds pour tirer parti des opportunités : Swisscanto (LU) Bond Fund Global Corporate ATH CHF.

externer Link öffnet neue SeiteAfficher le fonds


Plan du site :